Page:Perrault - Contes des fées, 1886.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
40
Contes des fées.

mier expédient que trouvent les femmes en pareilles rencontres). L’ogre, craignant que sa femme ne fût trop longtemps à faire la besogne dont il l’avait chargée, monta en haut pour lui aider. Il ne fut pas moins étonné que sa femme lorsqu’il vit cet affreux spectacle. Ah ! qu’ai-je fait là ? s’écria-t-il. Ils me le paieront, les malheureux, et tout à l’heure. Il jeta aussitôt une potée d’eau dans le nez de sa femme, et l’ayant fait revenir : Donne-moi vite mes bottes de sept lieues, lui dit-il, afin que j’aille les attraper. Il se mit en campagne, et après avoir couru de tous côtés, il entra enfin dans le chemin où marchaient ces pauvres enfants, qui n’étaient plus qu’à cent pas du logis de leur père. Ils virent l’ogre qui allait de montagne en montagne, et qui traversait les rivières aussi aisément qu’il aurait fait du moindre ruisseau. Le Petit Poucet, qui vit un rocher creux proche le lieu où ils étaient, y fit cacher ses six frères, et s’y fourra aussi, regardant toujours ce que l’ogre deviendrait. L’ogre, qui se trouvait fort las du chemin qu’il avait fait inutilement (car les bottes de sept lieues fatiguent fort leur homme), voulut se reposer, et, par hasard, il alla s’asseoir sur la roche où les petits garçons étaient cachés. Comme il n’en pouvait plus de fatigue, il s’endormit après s’être reposé quelque temps, et vint à ronfler si ef-