Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/130

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
120
Cendrillon.

avoient des lits des plus à la mode, & des miroirs où elles ſe voyoient depuis les pieds juſqu’à la teſte ; la pauvre fille ſouffroit tout avec patience et n’oſoit s’en plaindre à ſon pere qui l’auroit grondée, parce que ſa femme le gouvernoit entierement. Lorſqu’elle avoit fait ſon ouvrage, elle s’alloit mettre au coin de la cheminée & s’aſſeoir dans les cendres, ce qui faiſoit qu’on l’appeloit communément dans le logis Cucendron ;