Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/226

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sauterent par-dessus les murailles. Ils coururent presque toute la nuit, toûjours en tremblant & sans sçavoir où ils alloient. L’Ogre s’estant éveillé dit à sa femme, vaten la haut habiller ces petits droles d’hier au soir ; L’Ogresse fut fort estonnée de la bonté de son mary, ne se doutant point de la maniere qu’il entendoit qu’elle les habillast, & croyant qu’il lui ordonnoit de les aller vestir, elle monta en haut, où elle