Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/233

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de vous dire de me donner tout ce qu’il a vaillant sans en rien retenir, parce qu’autrement ils le tuëront sans misericorde : Comme la chose presse beaucoup, il a voulu que je prisse ses bottes de sept lieuës que voilà pour faire diligence, & aussi afin que vous ne croyiez pas que je sois un affronteur. La bonne femme fort effrayée lui donna aussitost tout ce qu’elle avoit : car cet Ogre ne laissoit pas d’estre fort bon mari, quoiqu’il mangeast les