Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/70

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ques jeunes gens du voisinage, à une de ses maisons de Campagne, où on demeura huit jours entiers. Ce n’estoit que promenades, que parties de chasse & de pesche, que danses & festins, que collations : on ne dormoit point, & on passoit toute la nuit à se faire des malices les uns aux autres : enfin tout alla si bien, que la cadette commença à trouver que le Maistre du logis n’avoit plus la barbe si bleüe, &