Page:Perrault - Histoires ou contes du temps passé, avec des moralitez, 1697.djvu/80

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

& dit qu’il avoit receu des Lettres dans le chemin, qui luy avoient appris que l’affaire pour laquelle il estoit parti, venoit d’estre terminée à son avantage. Sa femme fit tout ce qu’elle put pour lui témoigner qu’elle estoit ravie de son prompt retour. Le lendemain il luy redemanda les clefs, & elle les luy donna, mais d’une main si tremblante, qu’il devina sans peine tout ce qui s’estoit passé. D’où vient, luy dit-il, que la clef du cabinet