Page:Petit - De la vipère et des moyens de remédier à sa morsure.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.





DE LA VIPÈRE


ET DES MOYENS DE REMÉDIER À SA MORSURE




CHAPITRE PREMIER


Études zoologiques de la Vipère.


Entre nos ennemis

Les plus à craindre sont souvent les plus petits.

(La Fontaine.)


La Vipère, vipera, est un reptile ophidien appartenant à la famille des hétérodermes de M. Duméril, à la tribu des espèces venimeuses et à la classe des serpents venimeux à crochets mobiles. Les vipériens forment un genre duquel on a fait plusieurs sous-genres qui sont les suivants :

1° Le Trigonocéphale. Il y en a plusieurs variétés. La plus connue est celle qui existe à la Martinique et à Sainte-Lucie et qu’on désigne sous le nom de fer-de-lance ou vipère jaune des Antilles. Sa tête est couverte d’écailles granulées ; sa couleur est variable, tantôt, et c’est le cas le plus rare, jaunâtre, mais le plus souvent gris foncé, brune et même noire. Ces différences de couleur dépendent, au dire de certaines personnes, de l’âge auquel le serpent est arrivé. Le trigonocéphale atteint quelquefois la longueur de deux