Page:Petit - De la vipère et des moyens de remédier à sa morsure.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mètres, mais c’est le maximum ; le plus ordinairement il a d’un mètre vingt centimètres à un mètre soixante. Ce reptile, si redouté à la Martinique, a été étudié particulièrement, il y a déjà quelques années, par MM. Moreau de Jones, Blot, Guyot, etc.

2° Le Plature, qui habite les îles de la mer Indes, a la queue déprimée et la tête couverte de plaques ; le corps est strié de bandes blanches et noirâtres ; il a au maximum soixante centimètres de long.

3° L’Elaps. Ces serpents ont une particularité remarquable dans leur conformation ; leur tête est disposée de telle façon qu’ils ne peuvent la renverser en arrière. Il se trouvent dans la Guyanne.

3° Le Naja. La célèbre couleuvre naja des Indiens, encore appelée par les Portugais cobra de capello, par les naturalistes serpent à lunettes, est une des variétés de ce sous-genre habitant les Indes particulièrement sur la côte de Coromandel. Le naja haje ou aspic de Cléopâtre qui existe en Égypte, forme la deuxième variété. La première a le cou aplati, élargi et présente à sa partie supérieure une tache brune disposée comme un porte agrafe ou comme une paire de lunettes, ce qui lui a valu son nom. Quand l’animal est provoqué, il forme de son cou une espèce de dilatation ressemblant à un capuchon dans lequel il retire sa tête.

3° La Vipère proprement dite, renfermant plusieurs espèces parmi lesquelles se place la vipère commune, qui est très répandue dans certaines contrées de la France, surtout dans le centre et dans les régions du midi. On trouve aussi dans notre pays deux autres variétés qui sont : la vipère ammodyte, qui se rencontre encore en Italie et en Autriche ; la vipère péliade ou vipère de Fontainebleau.