Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 3.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
EXTRAITS



EXTRAIT


DU


MANUSCRIT ARABE


INTITULÉ


Ennud’jioum ussahirah fi Mulouk masr vé Kahirah ;


C EST-À-DIRE


LES ÉTOILES FLORISSANTES SUR LES ROIS D’ÉGYPTE ET DU CAIRE ;


Composées par Gemal-Eddin-Aboulmoasen-Iousef, fils de Makar-Tagri-Bardi, intendant des deux royaumes de Damas et d’Alep.




L’ANNÉE de l’hégire 646 [an de J. C. 1248], Salih-Nedjm-Eddin, prince de la race des Eioubites, régnoit en Égypte ; il étoit en guerre avec le sultan d’Alep au sujet de Hums, et il assiégeoit en personne cette ville ; treize béliers, dont il y en avoit un d’une grandeur démesurée, battoient la place jour et nuit ; et il espéroit s’en rendre bientôt le maître, malgré les rigueurs de la saison ; car c’étoit pendant l’hiver qu’il faisoit ce siège. Hums étoit vivement pressé ; mais le sultan d’Égypte apprend que les Francs menacent ses États ; cette nouvelle jointe au dérangement de sa santé, lui fait prêter l’oreille à des propositions de paix ; il la conclut, part en litière pour l’Égypte, et arrive à Achmoum-Tanah