Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 3.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
DES MANUSCRITS ARABES.


Ce roi de France avoit l’esprit fin et artificieux [1].

    Musulmans, interrogent le mort aussitôt qu’il est dans le tombeau ; ils commencent l’interrogation par ces paroles : « Qui est ton Seigneur ? et, qui est ton Prophète ? »

  1. Et artificieux. Il est honteux pour Makrizi, historien d’ailleurs assez fidèle, de s’être laissé séduire par l’aversion qui règne ordinairement chez les Musulmans contre les Chrétiens. Aboul-Mouassen, autre auteur musulman, rend plus de justice à S. Louis ; voici le portrait qu’il fait de ce prince : « Le roi de France étoit d’une belle figure ; il avoit de l’esprit, de la fermeté et de la religion : ses belles qualités lui attiroient la vénération des Chrétiens, qui avoient en lui une extrême confiance. » (Voyez l’extrait de cet historien, ci-après page 43).