Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 3.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




EXTRAIT


DU


MANUSCRIT ARABE


INTITULÉ


Essulouk li marifet il duvel il Mulouk ;


C’EST-À-DIRE


LA VOIE POUR LA CONNOISSANCE DES RÈGNES DES ROIS.


C’est l’histoire des Sultans Curdes-Eioubites ; de la postérité de Saladin, et celle des deux dynasties qui ont régné en Égypte, l’une, des Esclaves Turcs, connus sous le nom de Mamelus-Baharites ; et l’autre, des Circassiens.


Cet ouvrage a été composé par Makrizi : cet historien étoit né l’an de l’hégire 769, c’est-à-dire, cent vingt-deux ans après l’expédition de S. Louis.




Le Sultan Melikul-Kamil mourut à Damas le 21 de la Lune de Regeb, l’année 635 de l’hégire [10 mars 1238] : Melikul-Adil-Seifeddin, un de ses deux fils, fut proclamé le lendemain dans la même ville, Sultan de Syrie et d’Égypte. Il fut le septième roi de la postérité des Eioubites qui descendoient de Saladin. Il arriva le 17 de la lune de Ramadan un ambassadeur du Khalife de Bagdad ; il étoit porteur d’un étendard et d’un riche habillement pour le Sultan ; foibles restes de la vaste autorité dont les Khalifes successeurs de