Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 1re série, tome 3.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
DISSERTATIONS

roys romains, qui en inventèrent le nom et la coûtume. Un poëte du moyen temps [1] :

Strenæ prœterea nitent
    Plures aureolæ munere regio,
Olim Principibus probis
    Iani principiis auspicio datæ,
Fausto temporis omine :
    Ut ferret ducibus strenua strenuis
Annus gesta recentior.
    Illas nobililas Cæsaribus piis,
Rex dignis procerum dabat,
    Urbis quas Latiæ tum juveni dedit
Rex Titus Talius prior,
    Festas accipiens, paupere munere,
Verbenas, studio patrum
    Solers posteritas quas creat aureas.
Serinant dona tamen
    A luco veteri nomine strenuæ.

Du moins je remarque que ces présens sont souvent appellez xenia dans Flodoard [2], en l’histoire de l’église de Reims, qui fait voir que l’usage en estoit en France sous Clovis, et les premiers roys ; et je crois que c’est pour la même raison que les tributs, que les peuples de Dalmatie payoient aux roys de Hongrie, et à la république de Venise, lorsqu’ils leur ont esté sujets, estoient nommez strinæ ou strinnæ, d’un terme tiré du Latin strena, parce que c’estoient des dons gratuits et volontaires, qui ne se faisoient que par forme de reconnoissance. Ce qui semble estre exprimé dans un titre de Sebastiane Ziani doge de Venise de l’an 1174, pour les habitans de Trau [3] : Nolumus ut aliquo modo offendantur, neque tollatur eis aliqua inconsueta strin-

  1. Metellus in Quirinal. tom. I. Canisii p. 44. 45
  2. Flod. l. 1. Hist. Rem. c. 14, 18. l. 2. c. 11, 17, 19.
  3. Apud Io. Lucium l. 3. de Regn. Dalm. c. 10, l., 6. c. 2. Statuta Ragusii, l. 7, c. 56.