Page:Petitot - Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, 2e série, tome 46.djvu/436

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La vie et les biens répondraient.
Par l’autre arrêt on donnait ordre
Aux échevins de ne démordre
Des nobles charges qu’ils avoient,
Et de faire comme ils dévoient.
Au prévôt des marchands de même ;
Et parce qu’il étoit fort blême
Depuis que le peuple zélé
Avoit sur lui crié Tolle,
La cour donna des sauvegardes
Pour sa personne et pour ses hardes.
    Le lundi[1] (si je n’ai menti)
Monsieur le prince de Conti
Fut reçu généralissime
D’un consentement unanime,
Ayant sous lui trois généraux.
Dont on feroit bien six héros
Savoir, le maréchal La Mothe,
Dont la mine n’est point tant sotte ;
Bouillon et le grand duc d’Elbœuf,
Qui dans la guerre n’est pas neuf.
Mais quant au duc de Longueville,
Comme il est d’humeur fort civile,
Il refusa de prendre emploi ;
Et, pour nous témoigner sa foi,
Laissa ses enfans pour otage,
Avec sa femme pour les gages ;
Et c’est tout ce qui nous resta
De tout ce qu’il nous protesta.
    Dès lors Mars, du parti contraire
A celui de son petit frère
(Car si Mars étoit contre nous,
Prince, sans doute c’étoit vous),
Commandoit les troupes royales
Qui fêtérent les bacchanales,
Et qui répandirent du vin
Jusque sur l’autel de Calvin.
À Charenton, dis-je, vos troupes
S’enivrèrent comme des soupes
A votre barbe, à votre nez ;
Force pucelages glanés,
Où quelques jeunes blanchisseuses
Se trouvèrent assez heureuses.
Dans les environs, vos soldats
Firent de notables dégâts,
Des assassinats, des pillages,
Des ravages, des brigandages.
Le comte d’Harcourt à Saint-Cloud
En fit moins, et toujours beaucoup :
Nous n’y pouvions donner remède.
    Lors un président fut fait aide
De monsieur Des Landes-Payen
Qui n’a que le nom de payen ;
Homme utile en paix comme en guerre,
Qui sait jouer du cimeterre,
Et s’escrimer dans un combat,
Bon conseiller et bon soldat.
Il avoit depuis ces vacarmes
Sur les bras tout le faix des armes,
Quand Broussel avec Menardeau
Prirent la moitié du fardeau.
    Le mardi[2], le conseil de ville
Fit un règlement fort utile :
Savoir, que pour lever soldats,
Tant de pied comme sur dadas,
L’on taxeroit toutes les portes,
Petites, grandes, foibles, fortes.
Que la cochère fourniroit,
Tant que le blocus dureroit,
Un bon cheval avec un homme ;
Ou qu’elle donnerait la somme
De quinze pistoles de poids,
Payables la première fois.
Les petites, un mousquetaire,
Ou trois pistoles pour en faire :
Hommes chez le marchand sortans,
Et tout fin neufs, et tout battans.
    Ce jour, en levant sa béquille,
Le gouverneur de la Bastille,
Qu’on nommoit monsieur Du Tremblay,

  1. 11 janvier.
  2. 12 janvier.