Page:Philippe - Les poetes de la Savoie.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
INTRODUCTION.

les grandes pensées par l’expression du sentiment poétique.

Cette transformation subie par le goût littéraire et qui s’est manifestée depuis tantôt vingt ans, alors que les Lamartine, les Victor Hugo et d’autres génies avaient déjà brillé d’un vif éclat, peut être attribuée, ce nous semble, à deux causes principales. D’abord, aux événements politiques qui ont pesé sur la France dans les temps modernes ; en second lieu, et surtout, à la direction imprimée à l’esprit public.

Les grandes agitations, on le sait, sont loin d’être favorables aux études littéraires ; lorsque le canon gronde dans les cités ou même sur des plages lointaines, l’esprit poétique, fût-il le plus parfait, est mal venu à vouloir chanter le calme, le bonheur, la liberté. Cependant il ne serait pas exact de dire que les grandes commotions qui ébranlent parfois les peuples anéantissent tout sentiment poétique. Si, en temps de trouble, le poète est forcé d’écrire l’épée au poing, il peut encore exprimer de grandes et nobles pensées qui auront leur écho