Page:Philippe - Les poetes de la Savoie.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Au chant de la cigale et de l’oiseau de nuit
Le lac semblait dormir… Son immense surface
De l’esquif des pêcheurs avait perdu la trace ;
Seul, un vieux batelier, étendu sur le port.
D’un geste m’engageait à passer sur son bord ;
Avec enchantement je me laissai conduire.

C’était là que jadis l’illustre amant d’Elvire
Était venu chanter a ces agrestes coteaux,
Ces noirs sapins, ces rocs qui pendent sur les eaux.[1] »
Poète harmonieux ! sensible Lamartine !
Quel charme ont les accords de ta lyre divine,
Quand, voguant sur les flots de ce lac enchanté.
Tu célébrais la nuit, l’amour et la beauté !

Gloire à ton nom ! et gloire à ton génie !
Le chêne et le laurier croissent dans ma patrie !
Puissent ces lieux, témoins de tes premiers beaux jours,
T’inspirer quelques vers sur le même rivage !

— Et le double aviron m’éloignant de la plage,
Je chantais, de sa muse invoquant le secours ;
Zéphyrs du soir, emportez ma nacelle,
L’air est si pur et la nuit est si belle !

(Le Luth des Alpes.)

  1. Le Lac, Médit. poét. Lamartine.