Page:Philippe - Les poetes de la Savoie.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
INTRODUCTION.

publièrent des travaux poétiques, non-seulement en français, mais aussi en latin, cette dernière langue étant alors en grand honneur chez les hommes de quelque savoir.

Cependant, nos principaux versificateurs de cette époque n’acquirent pas leur réputation en Savoie même ; ils durent rechercher en France ou en Italie un peu de cette renommée qu’il est si difficile d’obtenir sans passer par les épreuves des grands centres, épreuves suivies de plus d’un mécompte et qui ont découragé ou frappé de mort plus d’un génie.

Le premier poète savoyard dont les œuvres aient été remarquées fut André de la Vigne, qui occupa un rang assez distingué parmi les lettrés français dans les dernières années du xve siècle. Son origine savoyarde a été contestée par quelques biographes, mais la plupart l’ont regardé comme un de nos compatriotes. D’abord secrétaire du duc de Savoie, André de la Vigne devint ensuite orateur du roi Charles VIII. Il accompagna ce prince dans son expédition de Naples en 1494 et 1495, et fut chargé de la rédaction du