Page:Physiologie du gout, ou meditations de gastronomie transcendante; ouvrage théorique, historique, et à l'ordre du jour, dédié aux gastronomes Parisiens (IA b21525699).pdf/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


BRILLAT-SAVARIN


À peu près oublié comme législateur et comme magistrat, quoiqu’il ait eu l’honneur d’être député du tiers état à l’Assemblée constituante et plus tard conseiller à la Cour de Cassation, Brillat-Savarin[1] a survécu en sa double qualité de gastronome et d’écrivain. Il passait simplement pour un convive aimable et pour un agréable causeur, lorsqu’il publia, en 1825, chez le libraire Sautelet, la Physiologie du goût. Presque aussitôt il devint un homme célèbre. Un critique très-spirituel, et alors très en vogue, Hoffman, publia sur ce livre un de ces piquants articles comme il les savait faire. Dès lors l’éveil fut donné, et tout le monde voulut lire la Physiologie du

  1. Né à Belley en 1755, mort en 1826.