Page:Pichot - Monsieur de l'Etincelle, ou Arles et Paris, t. II, Gosselin, 1837.djvu/315

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XX,


Où le revenant continue son histoire et raconte sa
rencontre tragique avec le Hussard de la mer.




Je cédai à la nécessité, puisque mon mauvais sort le voulait ainsi, et dévorant ma douleur, je me préparai à servir ces honnêtes gens.
Gil Blas.


Lorsque nous fûmes en pleine mer, je crus devoir remercier de nouveau le marquis de l’Étincelle de sa généreuse paternité. — Maintenant, lui dis-je, je ne porterai pas plus longtemps un nom qui ne m’appartient point. Je m’appellerai Maurice ; mais permettez-moi de rester votre fils par la reconnaissance…. Ne vous dois-je pas la vie, et à ce titre n’êtes-vous pas mon second père ?