Page:Pierre Daru - l'astronomie - poème en six chants.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
202
L’ASTRONOMIE.

Du globe où nous marchons inconstante rivale,
Entre Mercure et nous partageant l’intervalle,
Compagne radieuse et sœur du dieu du jour,
C’est Vénus qui l’annonce et le suit tour à tour.
Mais en vain sous deux noms le vulgaire l’honore,
L’étoile de Vesper est celle de l’aurore.
La voilà qui paraît, courez, heureux amants !
Ô Vénus, devant toi, ces feux, ces diamants(18),
Tout pâlit ; et que sont auprès de tes montagnes,
Les Alpes et l’Atlas, géants de nos campagnes ?
Lorsque sur nous des nuits l’astre resplendissant
Huit fois a ramené son disque et son croissant,
Des coursiers du soleil brillante avant-courrière,
Tu fermes ton année et reprends ta carrière.
Près d’Hélion lui-même à son midi monté,
Ta sphère brille encor d’une douce clarté :
L’œil y distingue à peine une tache légère :
Dis-nous si dans les cieux tu roules solitaire.
Laisse-nous mesurer ton croissant lumineux.
Surtout quand du soleil tu traverses les feux,