Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
de france

que les débuts de ce genre d’exploitation n’aient pas été aussi satisfaisants qu’on l’espérait ; le temps et l’expérience ne tarderont pas à y remédier.

Dans toutes ces régions de l’ouest Africain, il faut des chemins de fer ; on s’en occupe, mais trop lentement et avec un peu de mollesse. Le Transsaharien devrait déjà approcher d’In-Salah d’un côté et de Tombouctou de l’autre. Et les braves gens qui prouvent, chiffres en mains, que cette ligne ne rapportera rien, ne devraient plus trouver d’auditoires pour écouter leurs pauvres raisonnements.

En Indo-Chine.

Les choses sont beaucoup plus avancées en Indo-Chine. Et quand on se reporte par la pensée au traité du 31 août 1874, qui, en établissant la souveraineté de la France sur les six provinces de la basse Cochinchine, marqua la première étape de la formation de l’Asie Française, on est quelque peu surpris d’entendre déjà parler de la construction du chemin de fer du Yunnan et