Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
de france

permettaient pas d’en poursuivre l’exécution intégrale. En effet, chaque classe de recrutement, y compris les engagés volontaires, représente environ 250.000 hommes ; la présence simultanée de trois classes sous les drapeaux donnerait, en comptant le corps d’officiers et les troupes d’Afrique, un effectif d’au moins 820.000 hommes ; or il serait presque impossible à la France d’en entretenir, sur le pied de paix, plus de 600.000. Il a donc fallu réduire le chiffre de l’effectif par des envois en congé anticipés qui représentent de 30 à 45 % du contingent (cette proportion s’est élevée dans l’infanterie, jusqu’à 58 %). L’état de choses actuel est donc le suivant : les Français demeurent à la caserne, les uns trois ans, les autres un an ; ce n’est pas encore l’égalité. On peut recourir pour l’établir au service de deux ans ou au service d’un an ; ce dernier réduirait l’effectif de paix à un chiffre trop inférieur, sans parler des autres inconvénients qui ont amené récemment le général André, ministre de la Guerre, à en repousser énergiquement le principe ; quant au service de deux ans, il ne pourrait fonctionner utilement qu’appliqué avec rigueur, sans dispense pour personne ; et il sera bien difficile de supprimer un