Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
projets et espérances

quer de vous intéresser vivement (excusez-moi de dire tout haut ce que tous les auteurs pensent tout bas), j’ai chanté les bienfaits du sport ; je recommence dans celui-ci. Je vous ai déjà dit une quarantaine de fois qu’il fallait établir pour nos écoliers des associations sportives et que cela aurait autant d’influence sur le moral que sur le physique. Ne croyez pas que je ne me sois pas aperçu de ces redites ; il ne doit pas y avoir de malentendu entre nous ; cette vérité, je vous la répéterai encore et, non content de lui avoir consacré deux volumes, je fonderai un journal pour la répéter plus souvent ; je ne serai pas seul à remplir cette besogne ; beaucoup de voix plus autorisées que la mienne s’élèveront pour redire les mêmes paroles ; nous installerons des espèces d’orgues de Barbarie pour vous mieux les faire entendre. Quand, dans une salle de spectacle, tous les assistants réclament les lampions ! on lève le rideau pour les faire taire. Ainsi ferez-vous pour obtenir notre silence : vous nous donnerez votre argent et votre bonne volonté ; nous ne demandons pas autre chose pour mener à bien l’œuvre commencée.