Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
146
projets et espérances

quelques maîtres sur les marches d’un pavillon assez grand pour offrir un abri en cas d’orage ; le lendemain il en viendra d’autres Le chemin de fer sera là, à deux pas, pour les remmener après qu’ils auront quitté leurs vêtements de jeux. Quand ils ne se serviront pas du parc, on le louera aux particuliers qui voudront y venir jouer au cricket et au lawn-tennis Vers la même époque s’élèvera sur les deux rives de la Seine, probablement à Neuilly, un grand boathouse scolaire, où résidera un vieux marin devenu amiral d’eau douce et adoré des enfants auxquels il enseignera les premiers principes du rowing Le matin de chaque demi-congé, j’imagine qu’un registre circulera dans les classes ; sur les feuilles divisées en colonnes les élèves écriront leurs noms en regard des mots : Parc scolaire — promenade — canotage — natation — équitation — tir et gymnastique — escrime, etc., selon les projets qu’ils auront en tête pour ce jour-là. Une dépêche portera aux chefs de gare le total des élèves qu’ils auront à transporter Il est à remarquer que les parcs scolaires ne sont nullement destinés, comme quelques personnes semblent le croire, à contenir tout un collège. — Il serait inutile de les établir pour y jouer au cerceau ou à la balle ; leur but est de fournir des terrains aux associations sportives que créeront les collégiens pour se livrer aux jeux athlétiques ; en ce