Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
150
projets et espérances

composé des capitaines de tous ces clubs et ceux-ci choisiront un président, deux vice-présidents, un secrétaire et un trésorier ; les élèves voulant faire partie de l’association s’engageront à payer une cotisation de six francs par an, soit deux francs par terme ; les anciens élèves continuant à verser leur cotisation seront de droit membres honoraires, à moins que le bureau ne les autorise, sur leur demande, à rester membres actifs, c’est-à-dire à pouvoir concourir dans les assauts, régates, etc., et gagner les prix. Telle est, en gros, la charte que nous présenterons à la première assemblée ; peut-être qu’elle sera modifiée, mais sur des points de détail seulement.

« La seconde Société aura un but tout différent : elle sera littéraire ; nous formerons d’abord un petit noyau d’une douzaine d’élèves pris parmi les plus intelligents et les plus travailleurs ; six rhétoriciens, je suppose, quatre humanistes et deux troisième. Une fois ce noyau formé, le titre de membre de la Société appartiendra à tous ceux qui auront présenté et fait recevoir par elle trois essais en langues française, latine, anglaise ou allemande, sur des sujets littéraires, historiques ou sociaux. Les réunions auront lieu autant que possible chaque semaine ; elles comprendront des travaux lus ou parlés, des déclamations et des discussions orales. La Société est dirigée par un président, un vice-