Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE xii

UN DISCOURS DE PAUL BERT

Le 9 juin 1881, à l’inauguration des nouveaux bâtiments de l’école Alsacienne, fut prononcé un discours qui différa singulièrement de tous ceux que l’on entend d’ordinaire dans les écoles. L’homme qui le prononça a eu ce malheur, que son nom est devenu synonyme d’impiété et d’athéisme ; à présent qu’il est mort au poste lointain où il représentait la République et que son discours est là devant moi, portant la marque d’un esprit si fin et si cultivé, je veux croire que Paul Bert a été sincère et non haineux, que la conviction l’a guidé plus que la passion ; mais je ne puis pas ne pas relever certains passages de ce discours où sont formulées des attaques injustes contre une cause qui m’est devenue plus chère que jamais : la liberté de l’enseignement et de l’éducation.