Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE PREMIER


LE REMÈDE AU SURMENAGE[1]
i

Une spirituelle maîtresse de maison, experte dans l’art d’éviter les calmes plats de la conversation, disait, il y a peu de jours, devant moi : « Avec la tour Eiffel et le surmenage, j’ai toujours le moyen de faire parler mes invités. » — Je ne sais pas ce que l’avenir réserve à la tour Eiffel ; mais ce que je sais, c’est que le surmenage marche vers sa solution ; sur ce sujet, chacun a dit son mot, chacun a proposé son remède, et, de cet ensemble d’idées nouvelles ou renouvelées, s’en est détachée une qui rencontre encore bon nombre d’adversaires, mais autour de laquelle on sent pourtant

  1. Cette conférence a été faite le 29 mai 1888 au Congrès annuel de la Société d’économie sociale, sous ce titre : le Remède au surmenage et la Transformation des lycées de Paris.