Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
à l’école monge

nonçait qu’« elle » était entrée et je répondais : « Alors, levez vite le pont-levis pour qu’elle ne s’échappe pas. » Elle, c’était sans doute la voyageuse longtemps attendue et espérée qui se décidait à venir enfin, c’était l’Éducation anglaise ; mais il me fut impossible de retrouver au réveil quelle forme cette honorable lady avait revêtue ; portait-elle de longues dents et un macfarlane That is the question !

La réalité d’ailleurs valait mieux que le rêve et le dépassait ; les choses avaient marché avec une rapidité inouïe ; en un tour de main le grelot avait été attaché et la presse mettait à le faire tinter une complaisance extrême. Les adhésions arrivaient, nombreuses et chaleureuses. « J’ai trop longtemps vécu dans l’ancienne Grèce, m’écrivait M. Duruy, chez un peuple qui savait faire de grands poètes et les meilleurs soldats du monde, pour ne pas approuver de tout cœur ces nouveautés. » Et puis, toute la série des lettres anonymes, contenant des conseils, des élucubrations générales et des encouragements ; et encore les offres de terrains à vendre pour y placer nos parcs scolaires. Le plus drôle c’était nos séances : peu de phrases et de théories, mais beaucoup de détails techniques sur la construction des canots, l’établissement d’un garage, les règles du foot-ball et l’ordonnance d’une course à pied. Une fois on nous annonça de