Page:Pierre de Coubertin - L’Éducation anglaise en France, 1889.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
l’école monge à éton

bridge, avec leurs édifices vénérables et le cortège non moins vénérable de leurs souvenirs et de leurs traditions, sont captivantes au plus haut point ; mais, pour les bien comprendre, il faut y avoir résidé. Sans cela on s’embrouille dans les nomenclatures de collèges et dans les différentes catégories d’étudiants, de professeurs, de boursiers et d’agrégés. Qu’il me suffise de vous dire que le mot collège a ici un sens très spécial : il désigne un établissement où l’on prend en pension des jeunes gens qui par le fait même de leur entrée sont soumis à certaines conditions, jouissent de certains privilèges, mais d’ailleurs se préparent à leur guise aux examens qui terminent le stage universitaire de trois ans.

Prenons un exemple (projection). Voici la cour du cloître de Magdalen Collège ; vous voyez là une tour sur le sommet de laquelle chaque année, à l’aube du 1er mai, des prières sont dites pour le repos de l’âme du roi Henri vii ; c’est une vieille fondation et tel est le respect dont on entoure là-bas de semblables coutumes que celle-ci s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Dans l’angle se trouve le hall, réfectoire où se réunissent le soir les étudiants ; leur dîner est toujours servi : la plupart du temps ils le payent, qu’ils soient présents ou non ; là se borne l’action de l’autorité. Voici l’intérieur du hall d’un des plus grands collèges d’Ox-