Page:Pierre de Coubertin - Pédagogie Sportive, 1922.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
histoire des exercices sportifs

la période précédant les Jeux. Il y a là une gradation de garanties que le monde moderne n’a jamais relevées. Au début les Doriens, les Éléens et les Arcadiens étaient seuls convoqués. Ce fut un Éléen, Corœbos, qui remporta le prix de la course à la ire Olympiade. Mais dès le milieu du viie siècle avant Jésus-Christ, tous les Hellènes furent admis. Ils le furent seuls, en règle générale, jusqu’à la conquête romaine. Tibère, le premier des non-Hellènes, remporta un prix (course de chars). Lors de la 290e Olympiade (385 après J.-C.) qui devait être l’avant-dernière, le vainqueur au pugilat fut le prince héritier d’un royaume arménien.

Il est impossible d’entrer ici dans le détail des cérémonies et des solennités auxquelles donnaient lieu les Jeux Olympiques. La religion, l’art, le symbolisme philosophique ou patriotique y régnaient perpétuellement, engendrant comme une exaltation de tous les sentiments et de toutes les pratiques qui servaient de base à la cité grecque. Les historiens ne sauraient trop étudier ce qui concerne ces grandes fêtes de l’Hellénisme.

Les Jeux Olympiques furent supprimés par un édit de l’empereur Théodose en 392. Le christianisme vainqueur voyait en eux une institution païenne. En 426, Théodose ii, par un édit sacrilège, ordonna la destruction des temples et édifices que, dans l’intervalle, les hordes d’Alaric avaient pillés mais non détruits. L’édit ne fut que partiellement exécuté, mais les tremblements de terre de 522 et 551 et les inondations du Kladeos que ne retenaient plus les digues préservatrices achevèrent le désastre. Olympie disparut et on perdit jusqu’à ses traces. Retrouvée en 1829 par le corps expéditionnaire français venu au