Page:Pierre de Coubertin - Pédagogie Sportive, 1922.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
53
histoire des exercices sportifs

lentes. En tous cas, il ne pouvait se généraliser, n’étant à la portée que de jeunes gens alertes. Leurs escouades, jusque vers 1885, sillonnèrent principalement les routes d’Angleterre et de Hollande.

La bicyclette changea toutes les conditions du cyclisme ; l’adjonction géniale de la chaîne et de la roue dentée lui ouvrit des perspectives inattendues d’agrément, de vitesse et de commodité. Le Touring Club de France et les autres Touring Clubs aidant, le merveilleux engin, bientôt muni de pneumatiques, put devenir pleinement utilitaire sans jamais cesser d’être sportif. À ce dernier point de vue, la bicyclette apparaît comme l’agent d’un perfectionnement physique incontestable. En effet la coordination de mouvements rapides auxquels elle oblige ceux qui s’en servent développe en eux l’équilibre corporel et, d’autre part, elle crée la soif « d’air » qui est le grand incitant physiologique des sports modernes[1].

C’est précisément cette « soif d’air » qui a fait que toutes les formes de sport ont bénéficié des progrès du ski et de la bicyclette après avoir souvent, et bien à tort, redouté leur concurrence.

La pédagogie sportive.

Lorsque le « Comité pour la propagation des Exercices Physiques » s’assembla pour la première fois à

  1. La vitesse exerce sur les sports modernes une attraction inconnue des époques précédentes, mais c’est souvent au détriment du rythme. Voir sur cette question du rythme et de la vitesse et aussi à propos de la bicyclette la Revue Olympique de septembre 1909 et mai 1911 ou bien, Essais de Psychologie sportive (Payot).