Page:Pierre de Coubertin - Universités transatlantiques, 1890.djvu/149

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


IV

Hier, on jouait au foot-ball à Mac Gill ; aujourd’hui, il y a un match sur le terrain de la Montreal Amateur Athletic Association, mais les parties de la crosse, ce fameux jeu indien si pittoresque et si entraînant, ont cessé ; l’intérêt se reporte vers les Snow Shoes Clubs, où l’on se dépêche de tout remettre en état. Bientôt sur les pentes glacées, dans l’air ensoleillé, ou bien la nuit à la lueur des torches, les coureurs circuleront en bandes joyeuses, les pieds armés d’immenses raquettes qui glissent sur la neige ; les toboggans descendront avec une vitesse vertigineuse du haut de la montagne, et dans les rues les traîneaux se croiseront innombrables. Puis viendra ce merveilleux carnaval de glace pendant lequel les fêtes se succèdent sans inter-