Page:Pierre de Coubertin - Universités transatlantiques, 1890.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
20
universités transatlantiques.

lité et des vitraux à prismes qui renvoient des rayons brisés dans les coins les plus obscurs. Point d’autel ; quelques fauteuils : on dirait une salle de conférences. Dans un angle, une simple inscription mentionnant le nom du généreux donatcür dont le fils, professeur de l’Université, est un de ceux qui nous accompagnent ; c’est par hasard que cette inscription frappe mes regards ; lui, n’en avait pas soufflé mot et je me garde de l’interroger Seulement, quand j’y repense à présent, je vois toujours ce spectacle : les voûtes somptueuses, le nom du millionnaire écrit sur la muraille, et la figure du professeur un peu plus loin dans la pénombre,… et je pense avec regret qu’en France il n’y a point de familles de ce genre-là !

On me met entre les mains le « Bric-à-Brac », annuaire drolatique de l’Université — et trois numéros du bulletin publié périodiquement par les professeurs. Dans le bulletin, je trouve un speech que le président a prononcé lors de la dernière rentrée ; deux passages sont à noter. Le premier est une remarque judicieuse : « À telle place, un bâtiment élevé pour tel usage ferait bien » ; un petit renvoi indique que