Page:Pierron - Histoire de la littérature grecque, 1875.djvu/349

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


et, quand elle est mûre, je la mange et la savoure, et m’écrie : Jours de bonheur 24. »

C’est bien là un de ces îlots de pure et gracieuse poésie, qu’on voit sortir, comme dit le spirituel critique Émile Deschanel, du milieu d’un fleuve d’imagination burlesque, amphigourique et ordurière.


Poètes comiques contemporains d’Aristophane

Aristophane, durant sa carrière dramatique, rencontra de nombreux rivaux, sans compter les deux poètes qui avaient débuté avant lui, Cratinus et Eupolis. Les critiques anciens ne parlent pas avec beaucoup d’éloges de Phrynichus le comique, de Magnès, d’Hermippus, d’Amipsias, de plusieurs autres poètes aussi peu connus aujourd’hui, qui l’emportèrent plus d’une fois, dans le concours des comédies, sur Cratinus, sur Eupolis ; sur Aristophane lui-même. Les Alexandrins n’ont admis dans leur liste, après le nom d’Aristophane, que ceux de Phérécrate et de Platon le comique. Mais on peut dire que Platon et Phérécrate ne sont pas moins inconnus que ceux dont je parlais tout à l’heure. L’ancienne Comédie, aux yeux des Grecs mêmes, se personnifiait tout entière dans trois hommes, Eupolis, Cratinus et Aristophane. Eupolis est représenté comme un poète agréable et ingénieux, bien plus que comme un satirique véhément et redoutable. Il excellait dans l’allusion, dans la critique indirecte ; il n’avait pas besoin de la parabase pour faire entendre aux Athéniens tout ce qu’il voulait qu’on entendît, et pour adresser aux spectateurs de bonnes et piquantes leçons. Il paraît que ses attaques, pour être plus détournées et moins outrageuses, ne plaisaient guère plus, à ceux qui en étaient l’objet, que les sarcasmes et les invectives d’Aristophane. On conte en effet qu’Alcibiade fit noyer Eupolis, pour se venger d’avoir été livré par lui aux risées populaires. Cratinus manquait, dit-on, de grâce et de bonne humeur, et il ne savait ni combiner harmonieusement le plan de ses pièces, ni les conduire et les développer avec art. Il se distinguait surtout par