Page:Plan d'une histoire de la ville de Rennes.pdf/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
4

les marges ; on aura cependant ſur cela l’exactitude que demande l’Hiſtoire ; on rendra compte dans une Préface de tous les Auteurs qu’on a conſulté, & des Memoires manuſcrits dont on s’eſt ſervi.

7o. Comme il y a des faits differemment rapportez par d’Argentré & Lobineau, nous marquerons le ſentiment de l’un & de l’autre, il ſera aiſé de s’apercevoir lequel des deux eſt le plus exact.

8o. Pour délaſſer le Lecteur, qu’une continuité d’une narration trop ſeche pourroit ennuyer, nous ſemerons de temps en temps qelques courtes réflexions, & nous tâcherons de lier par des tranſitions qui ne paroîtront pas forcées, des faits éloignez pour les temps, & fort variez pour les circonſtances, afin de couvrir les vuides de nôtre Hiſtoire.

9o. On ne prétend pas faire une Hiſtoire critique, on veut qu’elle ſoit à la portée de tous ; ainſi on n’aura pas cette rigidité à ne mettre que ce qui eſt évidemment certain, on rapportera comme douteux ce qu’on croira l’être, & on dira, ſur la foy de nos Hiſtoriens, ce qui paroîtra de plus vrai-ſemblable ; cependant on donnera, à l’occaſion, des éclairciſſemens, en forme de diſſertation touchant certains faits de l’Hiſtoire, ſur leſquels les Hiſtoriens ne ſont pas d’accord.

10o. On fera mention des Gouverneurs de Bretagne, Lieutenans Generaux, Commandans, Intendans, &c. en parlant de leur entrée à Rennes, & parceque cette Ville eſt, ou doit eſtre leur ſéjour ordinaire.

11o. Nous placerons à la fin de l’Ouvrage le Catalogue de tous les Officiers du Parlement, de ceux de la Maiſon de Ville, Connêtables, Syndics, Echevins, &c. afin de ne pas interrompre le fil de l’Hiſtoire par cette longue liſte de noms. Le détail dans lequel nous entrons nous donnera occaſion de parler d’un très-grand nombre de Maiſons Nobles de la Province.

12o. Nous n’avons aucuns titres ſur l’établiſſement des Paroiſſes, ainſi on n’en parlera que dans les temps où elles ſont connûës, quoique peut-être établies pluſieurs Siécles auparavant.

13o. Lorſqu’on tombera aux temps des accroiſſemens de Rennes, on marquera ſa premiere enceinte ; les Portes, Ruës, &c. & celles que les deux derniers accroiſſemens ont compris.

14o. On fermera cette Hiſtoire par une Relation ſuccincte des Eſtats tenus à Rennes en 1728. On ne s’écartera pas de ſon but, quand on fera une deſcription de cette Auguſte Aſſemblée, compoſée de tout ce qu’il y a de plus conſiderable dans la Province, ſoit par les Dignitez & la Naiſſance, ſoit pour le mérite perſonnel, il n’a encore rien parû au Public à ce ſujet.

15o. L’Hiſtoire de Bretagne du P. Lobineau eſtant devenuë rare & peu l’ayant en main, on a jugé à propos de mettre à la fin de l’Ouvrage, pour ſervir de preuves, pluſieurs Actes déja imprimés dans cet Hiſtorien, & qui appartiennent abſolument à l’Hiſtoire de Rennes ; quantité d’autres tirez d’ailleurs qui ont un rapport neceſſaire à la même Hiſtoire, & dont grand nombre n’a jamais eſté imprimé ; ce recuëil de Pieces Anecdotes ne ſera pas la partie la moins curieuſe de cette Hiſtoire.

On finit par une obſervation qu’on ſupplie de vouloir bien faire ſur l’idée generale que nous donnons icy ; c’eſt, on l’avouë, une eſpece de Préface pour une Hiſtoire preſque achevée, & non pas un ſimple Projet d’un Ouvrage à faire. Nous n’en avons pas une aſſez bonne opinion, ni la preſomption de croire qu’il ſoit à l’épreuve de toute cenſure ; on ne fera peut-être pas même grace à ce deſſein que nous offrons au Public. Quoiqu’il en ſoit, nous recevrons avec docilité ce que les Perſonnes d’un diſcernement exempt de prevention voudront bien décider ſur l’un & ſur l’autre, en cela nous nous conformerons aux plus Celebres Ecrivains, qui ne ſont ſouvent redevables du ſuccès de leurs Ouvrages qu’à la critique, qui réforme les mépriſes & les écarts d’un Auteur ; il ne nous manque que de pouvoir imiter en tout ces excellens Modelles.


On prie ceux qui voudront bien nous communiquer des Memoires, de s’adreſſer au Sieur Joseph Vatar, Imprimeur de Noſſeigneurs les Eſtats de Bretagne, Place du Palais, au Coin de la Ruë Royale.