Page:Planton - Des accidents qui peuvent survenir pendant et après les opérations.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 16 —

aussi des conditions défavorables. Une opération longue et douloureuse entraîne un danger sérieux en épuisant en quelque sorte les succès de la sensibilité qui ne peut, au delà de certaines limites, résister à une excitation de cette espèce. Les violences, les efforts que nécessitent certaines opérations agissent encore dans le même sens ; ils exposent en outre à la contusion, à la distension, à la rupture des organes.

Les circonstances au milieu desquelles une opération est pratiquée peuvent avoir aussi une part dans le développement des accidents. En mer le chirurgien est souvent forcé d’opérer malgré le roulis du vaisseau qui s’oppose à la précision de ses mouvements. En général, en médecine vétérinaire, lorsqu’on pratique une opération un peu importante, l’opérateur est entouré par une foule de curieux qui se pressent autour de lui et de ses aides, peuvent gêner les mouvements opératoires, et par suite, des accidents en sont le résultat. Mais si une affluence trop considérable peut donner lieu à quelques accidents, l’isolement absolu pour une opération urgente, est une circonstance bien autrement fâcheuse. Ainsi, le vétérinaire de campagne dépourvu d’aides intelligents est forcé par fois de procéder au débridement d’une hernie étranglée ou à l’ouverture de la trachée dans un cas de suffocation imminente, alors il n’y a pas à attendre des aides ou à choisir un moment plus favorable, il faut opérer de suite. Par conséquent il est facile de concevoir que dans ces circonstances le succès de l’opération peut être plus ou moins gravement compromis.

Considérés en eux-mêmes, les accidents immédiats ne sont pas moins variés, que les causes qui les déterminent. Ils diffèrent entre eux et par leur nature et par l’espèce d’organe qui se trouve lésé. Sous ce dernier point de vue