Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



SOCRATE.

Ainsi, par la même raison, celui qui a appris ce qui appartient à la justice est juste.


GORGIAS.

Nul doute.


SOCRATE.

Mais l’homme juste fait des actions justes.


GORGIAS.

Oui.


SOCRATE.

C’est donc une nécessité que l’orateur soit juste, et que l’homme juste veuille faire des actions justes.


GORGIAS.

Du moins la chose paraît telle.


SOCRATE.

L’homme juste ne voudra donc jamais commettre une injustice ?


GORGIAS.

La conclusion est nécessaire.


SOCRATE.

Ne suit-il pas nécessairement de ce qui a été dit, que l’orateur est juste ?


GORGIAS.

Oui.