Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



SOCRATE.

N’est-il pas délivré par là du plus grand des maux ? Envisage la chose de cette manière. Connais-tu, pour qui veut faire fortune, quelque autre mal que la pauvreté ?


POLUS.

Non, je ne connais que celui-là.


SOCRATE.

Et par rapport au corps, n’appelles-tu point mal la faiblesse, la maladie, la laideur, et ainsi du reste ?


POLUS.

Oui.


SOCRATE.

Tu penses sans doute que l’âme a aussi son mal ?


POLUS.

Sans contredit.


SOCRATE.

N’est-ce pas ce que tu nommes injustice, ignorance, lâcheté, et les autres vices semblables ?


POLUS.

Assurément.


SOCRATE.

À ces trois choses donc, fortune, corps et âme, répondent, selon toi, trois maux, pauvreté, maladie, injustice ?