Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


les grands états attaquent les petits d’après la justice naturelle, parce qu’ils sont plus puissans et plus forts ; ce qui suppose que plus puissant, plus fort et meilleur sont la même chose : ou peut-on être meilleur, et en même temps plus petit et plus faible ; plus puissant, et aussi plus méchant ? ou meilleur et plus puissant sont-ils compris sous la même définition ? Donne-moi une définition nette, et dis-moi si plus puissant, meilleur, et plus fort, expriment la même idée, ou des idées différentes.


CALLICLÈS.

Je te déclare donc nettement que ces trois mots expriment la même idée.


SOCRATE.

Dans l’ordre de la nature le grand nombre n’est-il pas plus puissant que l’individu, le grand nombre, qui fait des lois contre l’individu, comme tu disais tout-à-l’heure ?


CALLICLÈS.

Qui en doute ?


SOCRATE.

Les lois du plus grand nombre sont donc celles des plus puissans.


CALLICLÈS.

Assurément.


SOCRATE.

Et par conséquent des meilleurs, puisque,