Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/349

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


procurent quelque bien, et les mauvais, ceux qui font du mal.


CALLICLÈS.

Nul doute.


SOCRATE.

Ne parles-tu point des plaisirs que je vais dire ; à l’égard du corps, par exemple, de ceux qui se rencontrent, comme nous avons dit, dans le manger et le boire ? Et ne tiens-tu pas pour bons ceux qui procurent au corps la santé, la force, ou quelque autre bonne qualité semblable ; et pour mauvais ceux qui engendrent les qualités contraires ?


CALLICLÈS.

Assurément.


SOCRATE.

N’en est-il pas ainsi des douleurs ? et les unes ne sont-elles pas bienfaisantes, et les autres malfaisantes ?


CALLICLÈS.

Sans contredit.


SOCRATE.

Ne faut-il pas choisir et se donner les plaisirs et les douceurs qui font du bien ?


CALLICLÈS.

Oui, certes.