Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CALLICLÈS.

Oui.


SOCRATE.

N’en faut-il pas dire autant d’un vaisseau ?


CALLICLÈS.

Oui.


SOCRATE.

Nous tenons le même langage au sujet de nos corps.


CALLICLÈS.

Sans contredit.


SOCRATE.

Et notre âme sera-t-elle bonne, si elle est déréglée ? Ne le sera-t-elle pas plutôt, si tout y est dans l’ordre et dans la règle ?


CALLICLÈS.

C’est ce qu’on ne saurait nier, après les aveux précédens.


SOCRATE.

Quel nom donne-t-on à l’effet que produisent la règle et l’ordre, par rapport au corps ? Tu l’appelles probablement santé et force.


CALLICLÈS.

Oui.


SOCRATE.

Essaie à présent de trouver et de me dire pa-