Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


NOTES

SUR LE PROTAGORAS.


———───———


J’AI eu sous les yeux l’édition générale de Bekker, l’édition particulière de Heindorf, les traductions de Ficin et de Schleiermacher, et je me suis servi autant qu’il m’a été possible des traductions françaises de Dacier et de Grou.

PAGE 35 — 36. — Comme Épiméthée n’était pas fort habile, il ne s’aperçut pas qu’il avait épuisé toutes les facultés en faveur des êtres privés de raison…

Ἅτε δὴ οὖν οὐ πάνυ τι σοφὸς ὢν ὁ Ἐπιμηθεὺς ἔλαθεν αὑτὸν καταναλώσας τὰς δυνάμεις [εἰς τὰ ἄλογα]. BEKKER, première partie, tome l, p. 172. — HEINDORF, p. 607.

Schleiermacher met entre parenthèses comme Bekker für die unvernünftigen Thiere ; c’est-à-dire que