Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/430

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ajouté au texte par le traducteur contre son système rigoureux de littéralité, trahit assez le sens pour lequel nous nous sommes prononcés.

PAGE 55. — Au lieu de ces mots : « la sainteté n’est donc pas de telle nature… » jusqu’à « impie, » lisez : « La sainteté n’est donc pas de telle nature qu’elle soit une chose juste, ni la justice de telle nature qu’elle soit une chose sainte, mais une chose non sainte, et la sainteté une chose non juste ; or le non-juste est injuste, et le non-saint, impie, etc. »

PAGE 89. — L’homme de bien se fait souvent violence pour devenir l’ami et l’approbateur de certaines personnes…

Je retranche ici avec Grou, Schleiermacher, Heindorf et Bekker, p. 218, φιλεῖν καὶ ἐπαινεῖν comme une glose tirée de ce qui suit, malgré l’autorité de tous les manuscrits.

PAGE 106. — Par quel endroit dites-vous qu’elles sont mauvaises ? Est-ce parce qu’elles vous causent ce sentiment de plaisir momentané, et qu’elles sont agréables, ou parce qu’elles vous exposent par la suite à des maladies, à