Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/471

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




A LA MÉMOIRE


DU COMTE


SANCTORRE DE SANTA ROSA,


NÉ A SAVILLANO LE 18 SEPTEMBRE 1783,

SOLDAT A 11 ANS,

TOUR A TOUR OFFICIER SURÉRIEUR ET ADMINISTRATEUR

CIVIL ET MILITAIRE, MINISTRE DE LA GUERRE DANS LES ÉVÈNEMENS DE 1821,

AUTEUR DE L’ÉCRIT INTITULÉ : DE LA RÉVOLUTION PIÉMONTAISE,

MORT AU CHAMP D’HONNEUR

LE 9 MAI 1825,

DANS L’ÎLE DE SPHACTÉRIE PRÈS NAVARIN,

EN COMBATTANT POUR L’INDÉPENDANCE DE LA GRÈCE.



L’INFORTUNÉ A ÉCHOUÉ DANS SES PLUS NOBLES DESSEINS.

UN CORPS DE FER, UN ESPRIT DROIT, LE CŒUR LE PLUS SENSIBLE,

UNE INÉPUISABLE ÉNERGIE,

L’ASCENDANT DE LA FORCE AVEC LE CHARME DE LA BONTÉ.

LE PLUS PUR ENTHOUSIASME DE LA VERTU

QUI LUI INSPIRAIT TOUR A TOUR UNE AUDACE OU UNE MODÉRATION

A TOUTE ÉPREUVE,

LE DÉDAIN DE LA FORTUNE ET DES JOUISSANCES VULGAIRES,

LA FOI DU CHRÉTIEN AVEC LES LUMIÈRES NOUVELLES,

LA LOYAUTÉ DU CHEVALIER MÊME DANS L’APPARENCE DE LA RÉVOLTE,