Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/619

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOCRATE.

Il paraît donc que, par rapport à nous, l'avantageux est la même chose que le beau ?

HIPPIAS.

Assurément, Socrate.

SOCRATE.

Mais l'avantageux est ce qui fait du bien ?

HIPPIAS.

Oui.

SOCRATE.

Et ce qui fait n'est autre chose que la cause. N'est-ce pas ?

HIPPIAS.

A merveille.

SOCRATE.

Le beau est [297a] donc la cause du bien ?

HIPPIAS.

Il l'est en effet.

SOCRATE.

Mais la cause, Hippias, et ce dont elle est la cause, sont deux choses différentes ; car jamais une cause ne saurait être cause d'elle-même. Considère ceci de cette manière. Ne venons-nous pas de voir que la cause est ce qui fait ?

HIPPIAS.

Oui.