Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/620

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOCRATE.

N'est-il pas vrai que la chose produite par ce qui fait n'est autre que l'effet, et nullement ce qui fait ?

HIPPIAS.

Cela est certain.

SOCRATE.

L'effet est donc une chose, et ce qui le produit une autre chose ?

HIPPIAS.

Qui en doute ?

SOCRATE.

La cause n'est point par conséquent cause [297b] d'elle même, mais de l'effet qu'elle produit ?

HIPPIAS.

Sans contredit.

SOCRATE.

Si donc le beau est cause du bon, le bon est l'effet du beau ; et nous ne recherchons avec tant d'empressement la sagesse et toutes les autres belles choses, selon toute apparence, que parce qu'elles produisent le bon, lequel est l'objet de tous nos désirs ; et il résulte de cette découverte que le beau est en quelque sorte le père du bon.

HIPPIAS.

Tout-à-fait. Cela est fort bien dit, Socrate.