Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/644

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du moins, Hippias, que ta conversation et la sienne ne m'ont point été inutiles, puisque je crois y avoir appris le sens du proverbe : les belles choses sont difficiles.