Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/716

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


soit particuliers, soit personnes publiques ; de la manière dont les dieux conversent ensemble et avec les hommes, de ce qui se passe au ciel et dans les enfers, de la généalogie des dieux [531d] et des héros ? N'est-ce pas là ce qui fait la matière des poésies d'Homère ?

ION.

Tu as raison, Socrate.

SOCRATE.

Mais quoi ! les autres poètes ne traitent-ils pas de ces mêmes choses ?

ION.

Oui, Socrate ; mais non pas comme Homère.

SOCRATE.

Pourquoi donc ? En parlent-ils plus mal ?

ION.

Sans comparaison.

SOCRATE.

Et Homère en parle mieux ?

ION.

Oui, certes.

SOCRATE.

Mais, mon très cher Ion, lorsque, dans une conversation sur les nombres, quelqu'un en parle pertinemment, n'y aura-t-il personne qui puisse reconnaître [531e] celui qui en parle bien ?