Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/720

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


arts, il n'y a qu'une seule critique. Veux-tu, Ion, que je t'explique comment j'entends ceci ?

ION.

Très volontiers, Socrate ; j'aime beaucoup à vous entendre, vous autres sages.

SOCRATE.

Je voudrais bien que tu disses vrai, Ion : mais ce titre de sage n'appartient qu'à vous autres rapsodes, aux acteurs, et à ceux dont vous chantez les vers. Pour moi, je ne sais que dire la vérité, [532e] comme un homme sans culture. Juges-en par la question que je viens de te faire : considère combien elle est commune et triviale ; le premier venu ne sait-il pas ce que j'ai dit, que la critique est la même, quelque art que l'on prenne pour exemple, pourvu qu'il soit un. Voyons en effet. La peinture n'est-elle point un art, et un seul et même art ?

ION.

Oui.

SOCRATE.

N'y a-t-il pas eu et n'y a-t-il point encore un grand nombre de peintres bons et mauvais ?

ION.

Assurément.