Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/757

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mière remplacera la chaleur, un ensemble austère des parties brillantes, et le mouvement un peu roide et monotone de la dialectique l’allure aisée et variée du drame.

Le Menon est ce nouveau travail de la même pensée, ce monument de la seconde manière de Platon. Maintenant, où placer le second Hippias dans la carrière de ce grand homme, avec le Protagoras et le Menon ? Le second Hippias ayant un certain caractère dialectique, on ne pourrait le placer avant le Protagoras, car il répugne que Platon eût reproduit sous le demi-jour de la poésie un sujet qu’il aurait déjà traité didactiquement. Platon, comme l’esprit humain, a été de la poésie à la dialectique, non de la dialectique à la poésie. D’un autre côté, dans le genre dialectique, assurément le second Hippias n’a pas été composé après le Menon, un aperçu maigre et sophistique après une conception saine et vigoureuse. Si donc