Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, III et IV.djvu/781

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


HIPPIAS.

Oui ; c’est ce qui a été dit aussi.

[367c] SOCRATE.

N’es-tu point aussi très capable de dire la vérité sur le même objet ?

HIPPIAS.

Sans contredit.

SOCRATE.

Le même homme est donc très capable de mentir et de dire la vérité en fait de calcul : et cet homme, c’est celui qui est bon en ce genre, c’est le calculateur.

HIPPIAS.

Oui.

SOCRATE.

Quel autre par conséquent que le bon peut être menteur en fait de calcul, Hippias, puisque c’est le même qui en a la capacité, le même qui peut dire la vérité ?

HIPPIAS.

Cela est évident.

SOCRATE.

Ainsi tu vois que c’est le même homme qui ment et dit la vérité sur ce point ; [367d] et que celui qui dit vrai n’est meilleur en rien que le menteur ; puisque c’est la même personne, et qu’il n’y a pas entre eux une opposition absolue,